top of page
  • Photo du rédacteurLa rédaction

Soirée de présentation du collectif "Duras, Mythe(s) écriture et création" sous la direction de Simona Crippa et Sylvie Loignon (Reid Hall, Columbia Global Center, Paris)




À l’occasion de la publication du collectif Duras, Mythe(s) écriture et création sous la direction de Simona Crippa et Sylvie Loignon (volume n. 8 de la série "Marguerite Duras" dirigée par Sylvie Loignon pour la Revue des Lettres Modernes Minard), se tiendra, le 2 mai 2024 de 18h00 à 20h00, une soirée de présentation et de débat à Reid Hall Columbia Global Center, Paris (Reid Hall, Columbia Global Center, 4 rue de Chevreuse, Paris 75006).


Accès uniquement sur inscription, formulaire en ligne à remplir : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdvJP6rgwvhO_-8kYwMQvrsE0UVs6xffq4XE0Vb_zYruWq5Ug/viewform


Présentation par Simona Crippa (présentation du volume) et Llewellyn Brown (présentation de la Revue des Lettres Modernes).

Intervenants : Mireille Calle-Gruber, Johan Faerber, Anne Brancky, Alexis Weinberg, Emmanuel Lascoux. 

Présentation de la publication :

La première partie de ce numéro 8 de la série Duras Mythe(s), écriture et création désire dessiner un champ de lecture mythopoétique et mythocritique de l’œuvre allant interroger les différents processus et dispositifs de création empruntés par l’autrice qui réactivent et modernisent le savoir mythologique tout en proposant de nouvelles mythologies. L’œuvre de Duras s’inscrit en effet dans un geste aédique continu, car, poreuse aux messages et aux rumeurs que transmet le monde, la voix de l’écrivaine colporte, d’une génération à l’autre, la légende des temps.


Sommaire

Avant-propos, par Sylvie LOIGNON

Introduction, par Simona CRIPPA

I. DURAS : MYTH(E), ÉCRITURE ET CRÉATION

1. Duras par Duras. Le Mythe, par Mireille CALLE-GRUBER

2. Histoires de la violence. Duras, mythographe des genres et des classes, par Johan FAERBER

3. Le mythe de la prison chez Duras, par Anne BRANCKY

4. Le « sang noir » de la jeune fille ensauvagée. Matricide sacrificiel et traversée créatrice dans le cycle indochinois de Marguerite Duras, par Savannah KOCEVAR

5. Duras et la sacralité de l’écriture. Entre élan mythique et déréliction mystique, par Alexis WEINBERG

6. Les Mains négatives. Cosmogonie, création et représentation, par Luciene GUIMARÃES DE OLIVEIRA

7. « Toutes les Belles au Bois dormant l’attendaient ». Le devenir-conte de l’œuvre durassienne, par Christophe MEURÉE

8. Les vitesses au volant, par Emmanuel LASCOUX

9. D’impair en impair, par Marie COSNAY


II. LECTURES DES PETITS CHEVAUX DE TARQUINIA

Introduction, par Sylvie LOIGNON

10. L’ennui dans Les Petits Chevaux de Tarquinia, par Marie-Hélène BOBLET

11. Tombeau de la révolution, par Cécile HANANIA

12. Des tombes étrusques au tombeau littéraire, par Carine CAPONE

13. L’amertume du Campari, par Robert HARVEY

14. Portrait d’une femme mutique, par Midori OGAWA

15. Écrire « les lendemains d’événements ». L’événement silencieux des corps, de la mort et du désir dans Les Petits Chevaux de Tarquinia de Marguerite Duras, par Laëtitia DELEUZE

16. Garder/changer. Un questionnement existentiel, par Philippe PANSIOT


Comentarios


bottom of page