top of page
  • Photo du rédacteurLa Rédaction

Carla Lonzi : autoportrait d'une génération




Impossible de consacrer un dossier à la question de #MeToo et au féminisme sans évoquer l'exposition que consacre, dès ce jeudi, la Galerie Tornabuoni à Carla Lonzi, grande figure du féminisme italien dont le texte fondateur est le célèbre Sputiamo su Hegel qu'on ne présente plus.




L’exposition Carla Lonzi : Autoportrait d’une génération est conçue comme un hommage à l’auteure et penseuse radicale Carla Lonzi (1931-1982). Seront exposées 14 œuvres, une par chacun des artistes avec lesquels Lonzi s’est entretenue pour réaliser Autoritratto (1969)—le dernier livre qu’elle publie en tant que critique d’art avant de se dédier entièrement à la cause féministe. Ces toiles et sculptures historiques seront accompagnées d’une riche documentation tirée des archives de Carla Lonzi, afin de donner vie aux pages de cet ouvrage aussi révélateur de la scène artistique de son époque, qu’il est expérimental et novateur d’un point de vue littéraire.

C’est lors d’un long séjour aux Etats-Unis entre 1967 et 1968 que Lonzi se dédie à la transcription de nombreuses conversations et correspondances qu’elle avait entretenues tout au long de la précédente décennie avec un groupe d’artistes phares de la scène italienne. À partir de ses questions et des réponses de chaque artiste elle tisse alors une table ronde imaginaire où chacun répondrait aux pensées des autres, ou, tel que Lonzi le décrit dans son introduction : “une sorte de banquet, réel pour moi qui l’ai vécu, même s’il ne s’est pas déroulé dans une unité de temps ni de lieu.”

En savoir plus

Chaque réplique est laissée presque intacte par Lonzi, qui ne corrige pas les hésitations et ellipses des intervenants. Adoptant une stratégie que l’on peut lier à sa prise de conscience féministe de la fin des années 1960, Lonzi rejette le paternalisme intellectuel du critique d’art comme médiateur du message et de la pensée des artistes. C’est à eux qu’elle donne la parole dans Autoritratto, dressant un portrait vivant et humain d’une génération de créateurs à travers leurs rêveries, leurs questionnements et leurs frustrations. 

Sans chercher à établir une chronologie ou à regrouper les artistes en mouvements et écoles, l’accrochage laissera dialoguer les œuvres de chacun ainsi que leurs paroles, à travers des extraits du texte. Accompagnée des photographies qui illustrent Autoritratto, dont beaucoup sont intimes et personnelles, l’exposition vise ainsi à plonger les visiteurs dans cet ouvrage dont la conceptualisation et l’exécution formelle confèrent à la critique une dimension artistique sans précédent.

Carla Lonzi : Autoportrait d’une génération est rendue possible grâce aux généreux prêts de la Collezione Roberto Casamonti et d’autres qui préfèrent rester anonymes. Nous tenons également à remercier l’Archivio Pietro Consagra, l’Archivio Luciano e Carla Fabro et L’Archivio Carla Lonzi auprès de la  Galleria Nazionale d’Arte Moderna pour leur précieux soutien à la réalisation de ce projet.


Exposition à partir du 8 février

Galerie Tornabuoni, 16 avenue Matignon, 75008 Paris


Comments


bottom of page