top of page
  • Photo du rédacteurJennifer Lavallé

Jennifer Lavallé : Ecarlates




Mes yeux s’ouvrent le matin

une fleur éclot

puis tombe en dansant

dans le soleil d’hiver

 

je ne supporte plus ce travail

je le pense sans l’écrire

conversation sauvage avec moi-même

 

sans ombre sans voix

tu surgis

funambule de l’air

 

je te suis

à la fenêtre le grutier manœuvre

le mouvement de l’immense machine

me distrait de la tâche

me voit-il ?

 

la journée défile

personne ne vient nous déranger

 

Il est plus de 16h

la grue est immobile

 

ailleurs d’autres tourments

d’autres points de vie

bruit de fond de ces circulations urbaines

bribes

fragments

épluchures

12 mails non lus

 

les dernières semaines, les mois, les minutes

mes décisions aboutissent ici

au-dessus d’un précipice

 




+++


Parfois en m’endormant

j’entends un battement ou deux

de son cœur

fugace oiseau chétif

rendu au bleu des étoiles

 

alors j’essaye de lui écrire

d’éliminer la peine dans les mots

 

« J’ai fait une croix sur toi

tu avais l’âge de l’aurore

l’âge du sourire

tu étais comme le vent doux du printemps

ils ont gardé dans le dossier bleu

un écho de ton existence

une image de toi

où l’on ne voit pas grand-chose »



+++


Quai de la Loire

envie de plonger

de me baigner entre les nuages

là où s’échangent les limites

lumières vertiges

tectoniques des rêves humains dans le réel

réel si puissant

impassible Dieu de béton urbain

tandis que les arbres ploient

sous leurs feuilles vertes phosphorescentes

me rappeler soudain

portée par les ondes hypnotiques de l’été

nos origines de poissons



Extraits de « Ecarlates »





LAVALLÉ, Jennifer. Écarlates, Montréal : Pierre Turcotte Éditeur, Collection Magma Poésie, mai 2024, 67 pages, 13, 90 euros

Posts similaires

Voir tout

टिप्पणियां


टिप्पणी करना बंद कर दिया गया है।
bottom of page